Apprentis skieurs et pauvres bobets | Tant qu’il y aura de la neige à Fribourg

Je suis suisse et je ne sais pas skier. Normalement, les Suisses savent skier, mais moi pas, je ne suis pas un Suisse normal. Pour les adultes, ne…

Un néocolonialisme neutre | Les guerres « qualité suisse »

La Suisse est un pays neutre. Depuis cinq siècles, les Suisses se sont généralement abstenus de s’impliquer directement dans des conflits armés, signant des traités et des conventions…

Partage si tu m’aimes | Amours virtuelles et partages numériques

– Chéri, tu m’aimes? – Bien sûr mon amour! – Alors partage si tu m’aimes! – Euh… je… – J’ai dit: partage si tu m’aimes! Ce genre de…

L’économie des sourires | Smileys are watching you

Il est désormais coutumier de s’exprimer avec des émoticônes (smileys). Si coutumier que ces symboles ne fleurissent pas uniquement les messages électroniques d’ados rivés à leur smartphone, mais…

La querelle des biscuits plurilingues ou le passe-temps des linguistes suisses

Au bout de 3 jours de débats intenses, les 14 linguistes suisses quittent la salle dépités. Alors que le symposium s’annonçait bon enfant, le Dr Calembert ne put…

Du pain, des jeux et des homos | De la Gay Pride à l’Euro 2016

Quand les hommes jouent mal, on dit bien qu’ils jouent « comme des gonzesses », voire « comme des lopettes » ou « des pédés » !

Le bilinguisme à bicyclette | Des relations inter-ethniques fribourgeoises

Je ne sais plus qui je suis; je ne sais plus où aller. Bourbine or not Bourbine?

Les effets secondaires de la paix

24 mars 1999. L’OTAN commence son « opération force alliée » et bombarde la Yougoslavie de l’époque, c’est-à-dire la Serbie et le Kosovo d’aujourd’hui. Toutes les télévisions du monde étaient…

L’UDC n’a rien compris au football | Le jaune et le rouge par Gégé et Bouchon

« En 35 ans de carrière, j’ai jamais vu des parties aussi nulles! » (Bouchon, pilier ailier-droit au bar La Croix Blanche)

Le Peuple est un poisson rouge | Les illusions de l’Opinion publique

Les médias aiment bien naviguer dans l’aquarium du Peuple. Ils vont l’interroger dans la rue, lui demandent ce qu’il pense du dernier IPhone ou de la situation en Syrie, moyennant parfois une récompense comme un bon de 100.– auprès d’une grande enseigne quelconque. Le Peuple apparaît ainsi sous la forme « d’opinion publique. » Ce n’est pas tout le monde, mais ce serait la majorité.